Carnet de voyage : MOM ALONE IN CUBA (1/3)

IMG_6508

Coucou tout le monde!

Aujourd’hui, je vous parle de mon voyage à Cuba. Le ton sera un peu différent. C’est un voyage que j’ai réalisée seule comme une femme qui vit un rêve qu’elle attendait depuis longtemps. Et tout a commencé lorsque doudou m’a offert mon cadeau de noël (un billet de la CUBANA DE AVIACION)…. Mon histoire pourra vous sembler poétique mais il est possible que j’en écrive un livre tellement le lieu m’a inspiré! En voici les premières lignes (du livre donc) :

Il est 8h20! Le monde s’agite déjà dans la rue d’en bas. J’entends des cris d’enfants et des ronflements de moteurs, des discussions rythmés et des bruits de klaxons! Quelques pas me séparent de ma première vue du Cuba! De mon lit à mon balcon. Les boules quies ont à peine camouflé les échos de la vie de la capitale pendant la nuit. Mon sommeil a été de courte durée, mais l’adrénaline me tient en éveil. J’ai hâte de découvrir ce qu’il y aura derrière cette fenêtre … Je me lève enfin, bien que vaseuse, je marche vers le rayon de soleil qui perce l’épais rideau face à moi.
J’ouvre la porte et devant moi… rien de transcendant. Je suis trop en haut ou pas assez en bas… mais la vue n’est pas encore à la hauteur de l’émerveillement que j’ai secrètement anticipé dans mon cœur.
La fraîche température n’échappe pas à mon corps qui refuse de se mettre tout à fait dehors, surpris ou désorienté. Je pense à tous les shorts que j’ai mis dans la valise et je commence à m’inquiéter. CUBA ME VOILA!!!

Sinon, soyons sérieux un instant et revenons en à mon carnet de voyage!

Il y aurait beaucoup de choses à dire pour commencer! Je pourrai :

  • vous parler de mon vol qui a été reporté 2 fois et annulé une fois
  • vous dire que je suis arrivée à Minuit 30 et qu’un Guadeloupéen s’est écrié en plein milieu de la nuit « Yo pa té di nou té rivé an fwans » (on ne nous avait pas dit qu’on arrivait en France) alors que nous avons pris une tape avec une température qui me semblait être du 14° dans la face et un léger brouillard
  • expliquer que mon taxi a confondu les indications que je lui ai donné et m’a déposée devant un hôtel qui s’appelait « La Florida » au lieu du bar « La Floridita » et que j’ai dû marcher avec mon bagage à main à 2 heures du matin, roulant dans une crotte de chien, dans la nuit.
  • pour dire que finalement, c’est un chauffeur de taxi à vélo qui m’a déposé pour 5 cuc devant mon appartement…et qu’il devait rouler plus lentement que moi quand je marche…

Je pourrais vous dire tout ça mais je ne le ferai pas parce que j’ai trop de choses à vous dire et que l’article ne doit pas être trop long.

1/ Chez L’Habitant

Il faut que je vous dise pour commencer, que j’avais choisi de passer mon séjour « chez l’habitant ». J’étais seule, tout le monde m’avait dit que les cubains étaient accueillants et chaleureux. Franchement, je ne le regrette pas du tout. J’ai payé pour 5 nuit 140 euros…Vous imaginez? J’ai réussi à trouver des endroits dont la déco ne me « choquait » pas sur air bnb et voilà le travail! Et effectivement les cubains sont des personnes adorables qui vous mettront à l’aise et useront d’une extrème bienveillance envers vous! Je vous recommande cette solution 😉

2/La Habana Vieja

J’ai commencé mon voyage par la Vieille Havane. Selon moi c’est la partie la plus jolie de la Havane. Tout y est accessible à pied si on aime marcher. Je voulais aller vite et voir l’essentiel parce que je partais en fin de journée à Vinales. Tout avait été décalé à cause du retard de mon vol.

Mauvaise idée n#1 : utiliser le Havana Bus Tour. Vous savez, ces bus touristiques qui permettent de voir toute la ville dans un temps record, de descendre et de monter au niveau de points d’intérêts majeurs. Figurez-vous que ce n’était pas mon premier essai. Quand je n’ai pas beaucoup de temps dans une ville, je commence par ça pour quadriller la zone. Puis je reviens s’il le faut sur des zones inachevées. J’ai donc testé le même bus à New York et San Fransisco et en comparaison je n’ai pas compris les points d’intérêts du Havana Bus Tour! En gros je suis restée dans le bus et je n’ai fait que deux arrêts sur 150 000 dont 145 000 étaient des hôtels historiques et un cimetière. Le premier arrêt « Plaza de la Revolucion » (voir photo) et le deuxième…une zone près du coeur de la vieille havane pour continuer à pied. La bonne nouvelle est que j’ai pu rencontrer un nouvel ami Jozé-Luis, un docteur en chimie, originaire du Brésil qui m’a suivi dans mes aventures de la journée. Nous parlions en portugnol (portugais & espagnol). A la fin de la journée, je ne savais plus comment je m’appelais.

Ce qui est magique dans la vieille Havane…

Ce sont les longues rue piétonnes pavées à l’ancienne qui se croisent en dédale. Il ne faudra pas rater la Calle Obispo, la calle de Mercaderes, de San Ignacio,  grandes artères de la vieille Havane. Et d’autres points d’intérêts comme : le musée de la révolution, la plaza de Armas, la plaza de la Catedral, la plaza Vieja, El Capitolio, El gran theatro, El Castillo de San Salvador de la Punta…et la descente le long de l’avenue del Puerto (c’est l’avenue collée au Malecon)! Quoiqu’il en soit, vous serez toujours enchantés par la magnifique architecture de la ville.

Plaza de la Revolucion

3/ L’architecture

Est tout simplement magique. Elle tient de l’architecture Espagnole dont le peuple avait envahi CUBA à une certaine époque. (Quoi ne me dites pas que vous vous attendiez à un cours d’histoire lol). Du coup même si vous n’êtes pas un fin connaisseur…vous allez juste déguster avec vos yeux comme on sirote doucement une tasse de Kusmi Tea Roïbos en vous déplaçant de places en places et au coeur des rues piétonnes. Ah d’ailleurs sur la première photo, vous pourrez « siroter » l’immeuble BACARDI qui a été construit à la demande de Don Emilio Bacardi, du rhum Bacardi of course.

4/Les vieilles voitures

Tout le charme est évidemment, en plus de cette architecture bien à part, dans les voitures anciennes mais qui pourtant brillent de milles feux! Elles sont colorées, décapotables ou non, rappellent un passé qu’on a jamais vraiment vécu. Je ne suis pas montée dans une ancienne Cadillac rose mais dans une Chevrolet bleue. Et je n’ai connue qu’elle (exceptée mon infidélité avec un taxi-cheval et un taxi-vélo), car je me suis liée d’amitié avec Lino et Denis…mais nous en reviendrons au chapitre 38 de notre histoire.

5/L’ambiance

Doux Jésus! Si tu as oublié que tu es à Cuba…en fait non tu ne peux pas oublier! Comme ma copine @sweetmellowchill le fait justement bien remarquer dans son premier article sur CUBA (à retrouver ici), n’oubliez pas vos boules quies. Les cubains aiment l’ambiance. La nuit ça ne s’arrête pas…Le jour, dans tous les restos, tu peux profiter de ton repas en musique avec des groupes composés d’excellents musiciens, c’est pareil la nuit. J’ai dit de très bons. Ils jouent avec de vrais instruments, ils ont de belles voix et ils te font vibrer bien qu’inconnus aux bataillons internationaux. Parfois, je me suis laissée hypnotisée par les notes et les voix qui résonnaient en moi, me donnant la chair de poule et les larmes aux yeux. Incroyable!

6/ La coïncidence

Je voudrais terminer cette première partie par cette anecdote qui m’a bouleversée. Si vous avez lu l’alchimiste de Paulo COELHO, vous comprendrez si je vous dis que l’univers m’a envoyé un signe. Et j’aime beaucoup cette citation qui dit que « le hasard c’est Dieu qui voyage incognito ». Je l’ai découverte dans un livre de Laurent GOUNELLE, « le Jour où j’ai appris à vivre ». Deux livres que vous devriez lire.

Je m’égare encore pour vous dire que bien après avoir réservé ma chambre, je ne sais plus si c’était en lisant le descriptif pour me rendre chez l’habitant le jour du départ, où si c’était à mon arrivée, mais j’ai découvert que l’endroit dans lequel j’allais dormir avait pour point de repère un bar très connu « La Floridita ». Ce même bar est représenté sur un tableau que mon père m’a offert en 2015, l’année de naissance de ma fille, à son retour de CUBA. Le tableau était resté enroulé et je ne l’avais jamais vraiment regardé mais…j’ai dû le faire encadrer il y a de cela 5 mois. Depuis il était mon espoir, ma force, mon inspiration quand je croyais fort que j’irais à Cuba un jour. Et voilà le cadeau que j’ai reçu de la part du hasard (Dieu).

Quand tu as un rêve, il faut que tu le visualises… Ce que vous pouvez remarquer sur ces deux photos c’est le pouvoir de la visualisation…

Voilà! En une journée, ma première journée, comment je me suis régalée de Cuba.

Si je ne vous ai pas ennuyés, alors mettez un « j’aime » et je vous livrerais la suite de mon séjour en 2 dernières parties ».

A bientôt « tout le monde ».

En attendant, je vous invite à me rejoindre sur Instagram pour de nouvelles aventures!

Partager avec :